Warning: Use of undefined constant ddsg_language - assumed 'ddsg_language' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /kunden/230803_50169/projekte/it_bse/wordpress/wp-content/plugins/sitemap-generator/sitemap-generator.php on line 45
it:bse french
Page d’accueil

L’amélioration de l’efficacité énergétique et la réduction des émissions de CO2 sont au centre de la stratégie « Europe 2020 ». Pour atteindre ces objectifs dans le secteur du bâtiment, un édifice doit être appréhendé comme un système technique complexe. Ceci nécessite une approche systémique qui prend en compte à la fois les aspects de la construction et également ceux de l’exploitation.

Ce champ d’activité prend ainsi une nouvelle importance en Europe et un nouveau secteur professionnel a émergé au vu de ce constat : le Building Service Engineering (BSE, voir note).

En outre, dans le champ de la formation professionnelle initiale et continue, cette approche systémique n’existe pas aujourd’hui explicitement en tant que telle ou de façon ponctuelle.

Note : Cette notion de BSE n’a pas d’équivalent en français. Il s’agit de la prise en compte pendant la période d’exploitation et de maintenance d’un bâtiment de tous les éléments engendrant des coûts et les éléments de performance énergétique.

Ce projet amène les systèmes de formation professionnelle initiaux et continus existants à  développer cette approche systémique du bâtiment. Le projet offre ainsi l’occasion de répondre à de nouvelles exigences de compétences émergentes dans le secteur de la construction et de la maintenance des bâtiments. Il  vise à repérer ces besoins spécifiques et à les décrire selon une approche compétences. Ce travail permettra d’encourager la coopération entre partenaires et d’assurer une transférabilité des compétences acquises entre et au sein des différents pays.

Etant donné que l’exploitation et la maintenance des bâtiments combine et renforce les compétences de différents métiers concernés par une connaissance de base de l’approche systémique, il est nécessaire de rendre les compétences acquises transparentes et facile à décrire pour ces nouveaux profils de formation professionnelle. Ainsi, le modèle de système de transfert de qualification professionnelle (VQTS) est appliqué au domaine de l’exploitation et de la maintenance des bâtiments.

Les compétences liées à l’emploi sont décrites en unités d’apprentissage et des suggestions sont faites pour une éventuelle attribution de points de crédit (ECVET) pour rendre les qualifications européennes existantes transparentes entre elles. Chaque stagiaire en formation dans un domaine lié à l’exploitation et la maintenance des bâtiments devrait être capable de réaliser une partie de sa formation dans un des pays partenaires et valider les savoirs et les compétences acquises dans le cadre de sa formation.

Les principaux partenaires du projet sont des établissements de formation professionnelle en Allemagne, en France, en Bulgarie, en Finlande et en Espagne. Le projet prévoit la mise à disposition et l’utilisation des résultats des études empiriques par les organisations de formation professionnelles, les chambres de commerce, les acteurs des gouvernements des États, les associations commerciales, les associations professionnelles et les entreprises du domaine de l’exploitation et la maintenance des bâtiments. L’enquête empirique est menée en collaboration avec KN-Marketing, un cabinet de consultants spécialisé dans la formation continue dans le domaine du facility management.

Afin de coordonner la formation professionnelle initiale et continue et les systèmes de qualification dans le domaine de l’exploitation et de la maintenance des bâtiments et afin d’apporter une réponse durable aux exigences du marché du travail, les résultats du projet devront être pris en compte et mis en œuvre dans le cadre des programmes de formation professionnelle initiaux et continu de chaque pays participant.

—–

Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication (communication) n’engage que son auteur et la Commission n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.